Être de gauche en 202x

Essai

Pourquoi cet essai politique ?

Après la lecture enthousiaste de cet essai, nous nous sommes entretenus avec l’auteur.

Nos questions sont précédées de LMR & ses réponses de MSO.

LMR – À notre sens, ce titre ne veut rien dire, pourquoi l’avoir choisi ?

MSO – Il s’agit de la concentration de la question « Que signifie être de gauche dans les années 2020 ? » qui formait un titre trop long pour mon goût, car je n’apprécie que les titres tenant sur une seule ligne ! Ce titre est la version aboutie du document de travail « Être de gauche en 2017 »

LMR — Pourquoi cette image bizarre en couverture ?

MSO – Cette image symbolise ma perception du problème. Chercher à le résoudre, c’est comme marcher vers un but lointain, mais de nuit & sur un chemin mal éclairé.

LMR — Pourquoi vous posez-vous cette question ? Nous savons tous ce que cela signifie !

MSO – Quand j’entends messieurs Hollande & Valls, mesdames El Khomri & Vallaud-Belkacem qui ont mené des politiques de droite, se dire de gauche ; quand j’entends monsieur Macron, qui mène une politique de droite décomplexée, se dire ni de droite ni de gauche ; je me demande si nous donnons bien le même sens à l’expression « de gauche » ! Quand j’entends des supporters de Sarkozy dire qu’Alain Juppé est « de gauche », je suis certain que nous ne donnons pas le même sens à cette expression. Quand j’entends traiter les dames & les messieurs précités de personnes « de droite », je suis perplexe ! Ce livre répond à ces interrogations par une définition de ce concept, entre autres, & par un exposé sur la signification de la prétention d’en être.

En 2020, il ambitionne, d’autre part, de poser les jalons pour la renaissance de la gauche politique. Celle-ci s’avère coincée entre les fossiles marxisants du NPA & les indigents de la pensée publique & de la république. Les premiers n’ont pas compris que la lutte des classes, aujourd’hui, écrasée par le capitalisme triomphant, ne pourra pas renaître avec une idéologie sclérosée. Les seconds sont des communautaristes imbéciles, qui bafouent, quotidiennement, cet idéal de gauche auquel ils n’ont rien compris.

LMR – Pour un texte de 105 pages, votre livre contient un glossaire de 26 pages & 25 pages de notes de fin de volume. N’est-ce pas abusif ?

MSO – Je ne le pense pas, car le glossaire & les notes constituent des explications complémentaires que l’on peut ne pas lire en première lecture. Si vous avez lu « Lecture, culture & fantasies », vous savez, sinon je vous l’apprends, que pour moi une lecture complète nécessite, au moins, deux passes. La première où l’on suit l’auteur, la seconde où l’on prend du recul par rapport à son texte. Lors de cette deuxième phase, le glossaire & les notes sont une aide précieuse pour bien comprendre ma pensée & éviter de la critiquer à tort & à travers.

LMR – Nous avons compris la raison pratique pour laquelle vous vous posez cette question. Cependant, nous avons du mal à croire que vous ayez fourni ce travail par altruisme pur. Pour quelle raison personnelle l’avez-vous accompli ?

MSO – Étant convaincu que charité bien ordonnée commence par soi-même, c’était, effectivement, pour résoudre un problème personnel, « Voterais-je ? Si oui pour qui ? ».

Jean-Luc Mélenchon me semblait le seul homme de gauche crédible : J’avais à son encontre de lourds préjugés, tant les médias l’affublent d’une image de ludion colérique & n’importequoi-iste. C’était le cas : pour la radio, dans les transports en commun grenoblois ; pour la télévision les deux soirs par mois où je la regardai ; pour les sites que je consultai quotidiennement, 20 minutes.fr & marianne.net, ou hebdomadairement, fakirpresse.info, médiapart.fr & lemonde.fr, & les blogues associés. Tous véhiculaient plus ou moins cette image que depuis, il s’est ingénié à renforcer !

Bref, j’hésitai, donc, entre l’abstention & le vote blanc ! Cette réflexion m’a permis de réaliser la nécessité d’un candidat de gauche crédible ! La vidéo du meeting des Insoumis du 29 novembre 2016 acheva de me convaincre du choix de l’ancien sénateur, malgré mes préventions. Cela m’obligea à réécrire plusieurs passages du texte.

En 2020, l’évolution politique du moins mauvais candidat de 2017, déconsidéré par son comportement antirépublicain, lors de son interpellation judiciaire, m’oblige à m’interroger. J’espérais qu’il arriverait à revitaliser la gauche politique, il a fini de l’achever. D’où ce nouvel objectif, voir renaître la gauche politique, quand les problèmes écologiques s’amoncellent.

LMR – Pensez-vous convaincre vos lecteurs de la justesse de votre position ?

MSO – La question ne se pose pas en ces termes.

D’une part, je n’écris jamais pour convaincre, mais pour réfléchir & pour faire réfléchir mes lecteurs.

D’autre part, la situation politique actuelle m’inquiétant, je tenais à extérioriser ce sentiment, sans trop savoir si cela pouvait en intéresser d’autres : Ce sont les réactions enthousiastes de mes trois premiers lecteurs qui m’ont incité à peaufiner le texte pour d’autres &, en particulier, à le compléter d’un glossaire & de notes étoffées !

Enfin, la modestie n’est pas mon fort. Donc, je suis convaincu de toujours poser les bonnes questions. En revanche, je ne suis pas convaincu d’y apporter les meilleures réponses possible même pour moi ! J’essaie de faire en sorte qu’elles soient : cohérentes avec ce que je suis & justifiées aussi rationnellement que possible ! Ce sera aux lecteurs d’estimer leur pertinence !

LMR – Vous diffusez votre livre gratuitement, mais vous indiquez un prix en seconde page de couverture. Qu’en est-il ?

MSO – Comme toute peine mérite salaire, nous avons indiqué un montant que chaque lecteur peut verser sous forme de don sur mon site. S’agissant d’un ouvrage diffusé sous forme de fichier électronique stocké sur mon site, dans le cadre du forfait de l’hébergeur, il me paraît d’autant plus absurde de fixer un prix que sa rédaction fut une source de joie & non de peine.

Toutefois, nous n’avons pas en France la culture du don désintéressé, c’est pour essayer de la stimuler que nous proposons un pseudo-prix. Il s’agit de solliciter un don d’un montant quelconque supérieur à 5 €. En effet, à moins, entre les frais PayPal & les frais de banque cela devient un coût & non un don ! Les montants récoltés serviront à l’acquisition de documentation, car même sur Internet, il y a énormément de livres, d’études & de rapports onéreux.

LMR – Merci pour ses précisions monsieur Scifo. Après ces explications, il ne nous reste plus qu’à lire ou, pour certains d’entre nous, à relire, cet essai singulier !

Autres livres

Démocratie & liberté

Éducation & culture

Facettes de l’individualisme