Le 3 septembre 2018, Aurelien Barrau & Juliette Binoche ont appelé, dans Le Monde, les gouvernants à agir, contre le réchauffement climatique, avec des mesures coercitives, s’il le fallait !

Le 12 octobre, c’est La Croix qui a publié un appel signé des maires de Bordeaux & de Paris, entre autres, qui se disent « convaincus qu’un autre modèle de développement est possible, viable économiquement, et dont les transformations ne se feront pas au détriment des plus fragiles. Mais [que] pour limiter le réchauffement global à 1,5 °C, les États doivent montrer la voie. » Étrangement ni les multinationales industrielles ni les banques ne sont mentionnées ! Quand on sait que les États-Unis, l’Inde & l’Arabie saoudite, trois des plus grands pollueurs de la planète se refusent à agir, quand on sait que même si tous les pays signataires de l’accord de Paris tenaient leurs engagements, la hausse des températures serait plus proche de 3 °C que de 2 °C, on mesure l’ineptie de ces appels, sauf s’ils visent à nous préparer à accepter des restrictions de libertés !

Parallèlement, les appels stupides « à manger moins de viande pour sauver la planète » se multiplient. Ils sont stupides, car la planète n’est pas en danger, c’est la majorité, peut-être la totalité de l’humanité qui risque de disparaître.

La chronique téléchargeable ci-dessous explique ces deux positions.

116 téléchargements