Depuis le 1er novembre 2017 la version 3 papier est disponible auprès de l’auteur !

Plusieurs de mes relations proches & moins proches se demandant comment celui qu’elles traitaient d’intello pur & dur (ce qui n’est jamais un compliment) pouvait lire de la littérature de quai de gare & plus précisément de la fantasie héroïque (Conan le Barbare, Le seigneur des anneaux) ou urbaine (Charmed, True Blood) ! La réponse à cette question, m’amena à réaliser qu’en fait la problématique s’avérait plus ample.

En effet, elle englobe :

d’une part la définition de la culture & la culpabilité ressentie par les lecteurs de fictions divertissantes ;

d’autre pat, le phénomène d’incompréhension parentale d’enfants passionnés de fantasie ;

enfin, la mise en lumière de l’idéologie sous-jacente dans les oeuvres !

~*~

À cette fin, la première partie expose une perception de la culture, de la littérature & de ses genres & la seconde s’avère une approche de ces deux genres
littéraires à partir de quelques exemples.

D’une part, privilégier ces types romanesques ne signifie pas ne s’intéresser qu’à eux.

D’autre part, ces genres sont très variés :

la fantasie héroïque comporte trois pôles entre lesquels toutes les gradations sont autorisées :
le premier, celui des héros musculeux & hargneux, tel le Conan de R.E. Howard, le second, celui de la féérie de la Terre du Milieu de J.R.R. Tolkien, & le
troisième l’univers loufoque du Disque-Monde de Terry Pratchett ; entre ces axes, des héros en demi-teintes trouvent leur place comme
ceux de Robert Jordan, de Robin Hobb ou de Michael
Moorcock
 ;

la fantasie urbaine comporte trois axes principaux & deux secondaires :

les loups-garous dominent dans le premier (Mercy Thomson de Patricia Briggs),

les vampires dans le second (Chasseuse de la nuit de Jeaniene Frost ou Les Vampires de Chicago de Chloe Neill),

une combinaison d’espèces surnaturelles dans le troisième (Rebecca Kean de Cassandra O’Donnel) ;

dans le quatrième axe, le héros est un humain ayant des capacités surnaturelles (Au service secret surnaturel de sa majesté de Daniel O’Malley ou Meg Corbyn d’Anne Bishop) ou d’une autre espèce surnaturelle (Succubus de Richelle Mead),

dans le dernier, loups-garous & vampires sont totalement absents (Scorpi de Roxane Dambre ou Cycle d’Ambremer de Pierre Pevel).

Les personnages sont, généralement, plus intéressants quand ils évoluent dans un univers complexe qui oblige leur créateur à dépasser rapidement les pantins qu’ils sont trop souvent au début de l’œuvre.

Ce texte tente de remettre ces fantasies en perspective avec notre époque, dont elles semblent emblématiques, car on peut aimer une œuvre, pour ses personnages, pour son scénario
ou pour son style, & détester l’idéologie qu’elle véhicule. C’est souvent le cas avec les deux genres.

Cette version est en téléchargement gratuit !

130 téléchargements